Oh mon beau poisson rouge!

Saurais-je m’occuper d’un être vivant?
Mes plantes vertes ne durent pas longtemps,
Mais l’envie me prend,
Comme lorsque j’avais 10 ans!

Je me souviens encore de l’odeur de chlore,
Tous ces beaux poissons qui tournent en rond
Ces aquariums de toutes les formes,
Ces systèmes de pompes à oxygène,
Ils étaient beaux, ils étaient grands
Mais j’ai choisi le plus petit dans lequel rien ne survit,
Une boule qui rend les poissons maboules,
Des galets en plastique pour rendre l’eau toxique,
Une surprise Kinder comme déco intérieure,
Les maigres conseils d’un vendeur débordé ailleurs,
Des soins étourdis et ça n’a pas fait un pli,
George vécu un mois tout au plus….

J’ai appris, j’ai grandis,
Pas comme mes poissons qui finiront dans les canalisations….
Encore amateur, je vais vous décrire mes erreurs
Au cas où l’envie vous prend de vous occuper d’être vivants!
Choisir un poisson et s’en occuper, un bocal et le nettoyer, partir en vacances, s’habituer à l’idée, l’aimer et le pleurer quand il finit dans les WC.
Je vais vous guider et vous éviter les erreurs qui firent mon malheur!

Première question à se poser: quel type de poisson?
Le choix est vaste, les couleurs sont chatoyantes et séduisantes mais il faut savoir qu’il faut reproduire l’habitat naturel de votre poisson, ce qui implique parfois de l’eau chaude, douce ou salée, parfois même du courant…beaucoup de complication en perspectives! Pour ma part j’ai un faible pour la grâce, la résistance, la facilité d’entretien des voiles de Chine. Ils sont beaux, dynamique, peu couteux et peuvent devenir très grand dans un environnement adapté. J’en ai vu de la taille de mon avant bras dans un parc en Belgique!

A suivre: le choix du bocal


Etudier le language corporel, un savoir utile au quotidien

%d blogueurs aiment cette page :