Poême de saison – mars 2010

Au printemps, sur la plage, rien au large,
L’océan contre deux surfeurs,
L’océan est vain coeur.
Un château de contes de fées,
Dont les remparts bravent la marée.
Paradis des jeux d’enfants,
Pour les petits comme pour les grands.
Les chiens courent, les enfants rient,
Ils respirent, la planète aussi.
Un chercheur d’or,
Rêve de trésors.
Une âme en peine,
Pleure celle qu’elle aime.
Dans le vent, tout fout le camp,
Les maux passés et présents.
La nuit passe,
Les traces s’effacent.
Au printemps, sur la plage, rien au large…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :